calendrier

 

Chantal Neveu

Biographie

Chantal Neveu (1964) est une écrivaine québécoise francophone. Elle est l'auteure de plusieurs livres de poésie dont mentale et coït (La Peuplade), Une spectaculaire influence (l'Hexagone) et de nombreux projets textuels interdisciplinaires scéniques et médiatiques produits par Société Radio-Canada, Laboratoire nouveaux médias OBORO, DeutschlandRadio Kultur, Literaturwerkstatt Berlin, parmi d'autres. Elle a récemment collaboré au Festival Soundout ! et performé à Lettrétage, à la Max-Liebermann Haus ainsi qu'à la Chancellerie allemande. Son livre coït, traduit du français à l'anglais par Angela Carr, est publié chez BookThug /Toronto, et traduit en allemand par Bernadette Ott. Plusieurs fois boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Canada, Chantal Neveu vit à Montréal, est membre de l'UNEQ et fut lauréate de nombreuses résidences internationales dont Passa Porta en 2010 et la Villa Waldberta de Munich en 2013. Chantal Neveu fait partie du groupe de recherche et création Stratégies artistiques de spatialisation du savoir (Université Laval, Québec) où elle poursuit son expérimentation littéraire basée sur le scriptage - une méthode de notation « en présence » et « sur place » - qui participe du passage de l'oralité à l'écrit à la faveur d'une recherche sur la composition mixte de la langue naturelle, d'une poésie littérale et nombreuse.

Top

Texte d'Auteur

Drive

YUL
ciel nuit noire au-dessus de l'Atlantique
voir
les étoiles
flotter
tout près
du visage
sous la vitre du hublot
des constellations sans nom
intérieur extérieur un même espace
intrication des échelles
à quelle distance les corps ?

Zaventem
l'air
au sol
convexion inversée
coordonnées des taxis noirs le jour jusqu'à Bruxelles
[x]
ou
deux
[s]
topologie fluide
caméra interphone cage d'escalier
vestibule assourdi
décalée enchantée
moi aussi je suis sourde

monter
au premier une terrasse
un puits de lumière
dans l'atmosphère
blanc mastic gris cendré Delvaux
des plants romarin couleur Mer du Nord
rémanence
Ostende
le son que cela fait

direction sud-ouest
GPS
Vollezele
une droite
diagonale
Chaussée de Ninove
perpendiculaire
50 km/h
syntaxe routière prosaïque
repérage caméras
des champs des vaches des architectoniques de briques pâles ou brunes les fermes
désertés les époux des tableaux des flamands primitifs
le boisé des grands hêtres
Hellebosch

le poids des valises les livres
des mots
choisis
déplacés
dans les langues adjacentes
nous nous dépouillons des langues mères
ici
côté
jardin
point de fuite une ouverture jusqu'aux chênes
vous
à l'étage
long couloir
haut taux d'humidité
ambiance vert sombre miroir d'un domaine environnant
des bustes des portes
fermé un piano droit
une chambre
étroite
à l'ombre
sous fenêtre meurtrière
un lit
étroit
ne pas
manifestement
pouvoir
y
faire
l'étoile

easy going
initiation continuelle
réorienter les 80 cm en ciel de lit
l'austérité en plénitude
déception soma en vita nova
re
ascèse
squelette en paréo
s'exercer
est-ce dao ?
reposer sacrum et lymphe
sieste diurne
recaler les fuseaux
les méridiens les bras le long du corps
assomption
autour d'une table
bonheur des connivences
immédiates
circonstancielles
bienvenues
rire
sourire
en buvant l'eau le vin

tôt matin un mauvais rêve
le réveil en un souffle expiré
un stylet meurtrier à lisière du cœur
la main de l'époux antérieur tenant l'arme
les yeux dans les yeux
une mise au défi un amusement une menace ou une douceur ?
délivrance
vie lucide ou élucidée
un déclic
ne pas être morte
ne pas mourir non plus
pas maintenant
maintenant
re
vivre
est-ce ressusciter ?

ici
en face
salle d'eau
et bureau
sous fenêtre
Vermeer
miniature
à la perle
les photons de biais en hauteur
au-dessus du secrétaire
le cuir sous les avant-bras
ce que
aller y taire
y naître
oxygéner
ceinture scapulaire
trois longs os
humérus radius cubitus
l'innervation
du bassin
jusqu'au vestibule
interne
de l'oreille
et inversement
inspirer
expirer
du bas-ventre
plancher
mature
respirer
secréter
de bas en haut
dans l'intervalle
cage
thoracique
élargie
vacante
est-ce susciter ?

ce que
fabrique des syntagmes
dire ne pas dire
déparler
souffler
fondre
logos
écrire ne pas écrire
la vie
radieuse
idylle
forme brève
prolongée
incluant
le hors-cadre
les contingences
voire l'adversité
en mode murmure
la question de Cage
qu'est-ce que l'harmonie ?

aimer
marcher
conduire
aimer
les bambous
les cuisses
cyclistes
les vaches
laitières
aller
à Gand
voir
le retable
des Van Eyck
l'Adoration
de l'agneau
mystique
l'assemblée des femmes
les rameaux
Ève
Adam
pied levé
au retour
revoir
les agneaux
paître
Pajottenland
es-ce naître
chantant
au volant
take a walk
on the wild side ?
aller
nager
D N R
lumière dorée post-équinoxe
dans l'eau claire chlorée
les couloirs l'eau agitée
hey
honey
les enfants leurs gestes
ingénus apprentis
he was a she
motion
motion
vaillance de genres
tout est économie
architecture
culture agriculture contiguë
l'une dans l'autre
domesticité et linguistique
rien n'est anecdotique

dire écrire à voix haute basse éprouver cela
des réponses nouvelles
les transformations
invisibles
discrètes
radiations
possessions
dépossessions
l'alternance
le ravissement renversé en ravissement
la perte en enchantement
coalescence
ce qui est
ce qui se peut
potentia
l'attention
le lexique la poésie
verticale
frugale
riche
pacifique
pacifiante
vita activa

la voix aussi dit beaucoup
des mots rebondissent
stamina
maieutique
mises au jeu
au monde
obliques
avec
nos membres
nos langues
nos bras
nous déprendre
ne cesser d'apprendre
comprendre
faire connaissance
traduire
surgir

au-dessus du saule
masse plus pâle
dans le parc
le feu sous un ballon
géométrie de ciel arpenté
séquence motile aérienne
jusqu'à l'arête du toit
quel mot pour ce couloir de chaque côté de la colonne vertébrale ?
gouttière ?
sous la corniche
en bas près des rosiers
les haies
déconcertantes
paysage cosmétique
un lièvre solitaire
son regard
entre chien et loup
un homme à cheval
tombe

désarçonné
nonplussed
oui
c'est ça
non plus
transformer la perplexité
la ration
ce qui n'est plus
ce qui a été rationalisé
en gaieté

la pluie la nuit
à travers le sommeil semi-éveil
le son des arbres bougés par le vent
est-ce voir ou entendre ?
le son des feuilles mouillées trempées
circonvolutions sonores
une ample respiration
neuve
synchrone
exquise sensation
ainsi sommes-nous reliés

le jour l'aube
après les ondées
euphorie de l'ensoleillement
les rayons au-dessus des pommiers des dahlias capucines fenouils potirons
dans le pré
le vieux cheval déchire les longues herbes de sa grande bouche
mastique
avale
défèque
plus loin
hors de l'enclave
les champs de betteraves
les plants de maïs géants comme autant de vis-à-vis
nous sommes les mêmes

midi
ouvrir la fenêtre
le chien
ami
arrive
partager pain jambon Gouda
jaune d'œuf quotidien
l'eau
filtrée
le jus de pomme des pommiers
les infos du monde
les guerres
décapitations
élections
Ebola
Nobel
joubarbe
sempervivum
nous vivons ensemble
monsters ?
eros
adorables ?
mean ?
what do you mean ?
sommes-nous aimables ?
suffisamment aimants ?

sur le palier
photosynthèse
monstera
larges palmes
digitales
monstera jumelle dans le studio de Montréal
les duos les dyades les binômes une clef ?
est-ce autonomie ?

huit infini horizontal entre les hanches
derrière le saule
un grand hêtre
effondré
par la foudre
ses branches longues au sol comme autant de jambes
ne pas avoir entendu le son de sa chute

au soleil
avec les papillons les roses les coccinelles les chiennes
leurs yeux douceur leur fourrure chaleur
allonger le corps
en étoile
sur la table de cèdre
entendre le sang battre dans les veines du labyrinthe
leçon sans nom

ne nous désistons pas des mutualités naissantes

 

Top
Villa Hellebosch
29.09.14 > 27.10.14

Bookmark and Share Retour